Narcisse Pelletier

Le récit que Narcisse Pelletier a laissé de ses aventures est un document précieux, non seulement en tant que témoignage des expériences extraordinaires qu’il a vécues, mais en tant que description ethnographique issue de cette région de la péninsule du cap York juste au moment où l’invasion européenne y commençait, et qui a « une grande corrélation », selon l’anthropologue Athol Chase, à ce que les recherches ultérieures nous ont appris sur la mode de vie des Sandbeach People

Le PHARE Final

 

…/…

Celui que la presse australienne surnomme « le sauvage blanc » revient en janvier 1876 à Saint-Gilles-sur-Vie, ovationné par la population6,7. Cette même année, Constant Merland, docteur et savant nantais, recueille et publie son témoignage dans Narcisse Pelletier : dix-sept ans chez les sauvages.

Narcisse Pelletier se marie en 1880 avec Louise Mabileau. Ils n’ont pas eu d’enfants. Devenu gardien du phare de l’Aiguillon, dans l’estuaire de la Loire, Narcisse Pelletier meurt en 1894 à Saint-Nazaire.

source wikipedia